vendredi 20 avril 2018

Carles Puigdemont félicite Israël à l'occasion des 70 ans de son indépendance


Carles Puigdemont, un grand ami d'Israël (Twitter):

"Congratulations Israel on the 70th anniversary of your Independence. Your struggle against adversity and your spirit of self-sacrifice has gained our respect in Catalonia #yomhaatzmaut"


Hommage au terrorisme palestinien à Ixelles (Bruxelles) (MàJ)

Note: l'attentat contre Ephraim Eldar, 'ambassadeur d'Israël au Portugal, perpétré à Lisbonne en 1979 a été ajouté à la liste.


"Ca ressemble à un pavé de mémoire aux victimes de la Shoah!" "Certainement."

La commune bruxelloise d'Ixelles  s'exprime avec beaucoup de finesse, alors que Naïm Khader représentait l'OLP, un mouvement terroriste (voir la liste ci-dessous), et n'a jamais désavoué les attentats:
"Considéré comme un modéré, ce Palestinien [Naïm Khader] a relayé, durant plus de 10 ans, les positions de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et défendu avec vigueur les droits du peuple palestinien. Plaidant pour la lutte armée afin de créer un rapport de forces, il condamnait en même temps les actes terroristes comme l’assassinat d’enfants juifs à Anvers en 1980 ou l’agression de la Synagogue de la rue Copernic à Paris. Il a été assassiné, en juin 1981, devant son domicile du n° 5 de la rue des Scarabées."
Marc Reisinger, psychiatre:

17 mai 1971, le consul général d’Israël à Istambul, Ephraim Elrom, est assassiné par des Palestiniens et des radicaux turcs.

8 mai 1972, un vol de la Sabena reliant Vienne à Tel-Aviv est détourné par quatre terroriste de l'organisation Septembre noir, les terroristes séparent les Juifs des autres passagers et demandent la libération de 315 terroristes emprisonnés en Israël. L'appareil atterrit sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion où le lendemain, durant les négociations, un commando de la Sayeret Matkal conduit par Ehoud Barak et dont fait partie Benjamin Netanyahou investit l’appareil. Les terroristes sont tués et les passagers évacués sains et saufs. 
30 mai 1972, des membres FPLP et de l’Armée rouge japonaise ouvrent le feu sur des passagers, dont un groupe de pèlerins, dans le terminal de l’aéroport de Lod à Tel-Aviv tuant 26 personnes et blessant 78 autres. L'un des terroristes, le Japonais Kozo Okamoto est capturé, les deux autres tués. 
9 septembre 1972, un diplomate israélien, Dr Ami Sachori, est tué par un colis piégé envoyé par Septembre noir à l'ambassade d’Israël à Londres, sept autres furent interceptés ainsi qu'à l'ambassade israélienne à Paris. 
5 août 1973, deux terroristes de Septembre noir ouvrent le feu et lancent des grenades dans une salle de transit de l’aéroport d’Athènes dans laquelle se trouvent plus de 1 500 passagers tuant trois personnes et en blessant 55 autres. 
17 décembre 1973, cinq terroristes palestiniens attaquent le comptoir de la compagnie américaine Pan Am à l’aéroport de Rome, tuent 32 personnes et en blessent une cinquantaine, prennent en otage 12 policiers italiens, tuent l'un d'eux et détournent un avion vers le Koweït. 
3 mars 1974, des terroristes de Septembre noir attaquent l'ambassade de l'Arabie saoudite à Khartoum durant une réception, deux diplomates américains et un Belge sont tués. 
11 avril 1974, trois terroristes du FPLP s'introduisent dans la ville de Kiryat Shmona au nord d’Israël, tuent 18 personnes dont des femmes et des enfants et en blessent 16 autres. 
15 mai 1974, trois terroristes du FPLP venant du Liban s'introduisent dans un appartement dans la ville de Ma'alot dans le nord d’Israël où ils tuent un couple et leur enfant de quatre ans, puis attaquent une école dans laquelle ils prennent en otages 105 élèves et 10 enseignants. Durant l’opération de sauvetage menée par l’armée israélienne les terroristes tuent 22 enfants et trois adultes avant d’être neutralisés. 
24 juin 1974, un couple et leur enfant sont tués à Nahariya par des terroristes du groupe Fatah de l'OLP alors qu'ils tentaient de fuir un immeuble que les terroristes en provenance du Liban avaient pris d'assaut après avoir débarqué dans la ville côtière à bord d'un canot pneumatique. Un soldat israélien meurt lors de l'assaut contre les trois assaillants qui furent tués. 
8 septembre 1974, une bombe déposée dans un avion de la compagnie TWA reliant Tel Aviv à New York par des terroristes du groupe palestinien Abou Nidal durant une escale à Athènes explose tuant les 79 passagers et les neuf membres de l’équipage. 
19 novembre 1974, trois terroristes du FPLP venant de Jordanie attaquent un immeuble où résident 75 personnes dans la ville de Beït Shéan en Israël, quatre personnes sont tués, une vingtaine d'autres dont des enfants sont blessés en sautant par les fenêtres afin de fuir les terroristes qui sont tués. 
20 novembre 1974, des terroristes du groupe Fatah de l'OLP venant de Syrie tuent trois écoliers dans le village de Ramat magshimim dans le Golan. 
30 novembre 1974, des terroristes du groupe Fatah de l'OLP sont capturés après avoir tué un Arabe israélien pensant qu'il s'agissait d'un Juif dans le village de Rehaniya dans le nord d’Israël. 
11 décembre 1974, un terroriste du FPLP jette une bombe dans un cinéma de Tel Aviv tuant deux personnes. 
13 janvier 1975, des terroristes palestiniens, avec Carlos à leur tête, tirent de la terrasse de l’aéroport d'Orly avec un lance-roquettes sur un avion de la compagnie israélienne El Al, mais le ratent. Un avion yougoslave est touché, faisant 3 blessés. 
4 mars 1975, huit terroristes du groupe Fatah de l'OLP venant du Liban, débarquent sur une plage de Tel Aviv, après avoir fait feu dans la rue ils pénètrent dans un hôtel du bord de mer, l’hôtel Savoy, prennent des otages, font exploser une bombe qui détruit une partie de l’hôtel. Huit des otages sont tués, trois soldats israéliens sont tués dont deux durant l'assaut contre les terroristes. Sept d'entre eux seront tués et autre capturé. 
16 juin 1975, quatre terroristes de l'OLP venant du Liban, pénètrent dans une maison du village de Kfar Yuval prés de Tiberiade, prennent la famille en otage 2 adultes sont tués avant l'assaut de l’armée israélienne. Les terroristes sont tués. 
16 juin 1976, l'ambassadeur américain à Beyrouth, Francis E. Meloy, Jr (en) un autre diplomate américain et leur chauffeur sont enlevés puis assassinés par des terroristes du FPLP alors qu'ils passaient du secteur chrétien au secteur musulman de la ville. 
27 juin 1976, un vol Air France d'Athènes à Paris est détourné par quatre terroristes du FPLP et deux Allemands vers Entebbe où les rejoignent trois autres terroristes, les passagers sont débarqués et les 103 Juifs parmi eux sont pris en otages dans le hall de transit du terminal. Les terroristes menacent de les tuer si leur demande de libération de prisonniers palestiniens en Israël n'est pas acceptée. Le gouvernement israélien feint de négocier tout en lançant une opération de sauvetage. Trois passagers furent tués durant l'assaut ainsi que le commandant du commando israélien, une otage britannique juive de 75 ans qui avait été transférée à l’hôpital de Kampala est tué par la police secrète ougandaise en représailles de la morts d'une cinquantaine de soldats ougandais qui avaient pris part au combat contre le commando israélien. 
11 mars 1978, un autobus circulant sur la route côtière reliant Haïfa à Tel Aviv est pris d'assaut par treize terroristes du groupe Fatah de l'OLP ayant débarqué en provenance du Liban sur une plage de la côte israélienne et tuer une photographe américaine qui s'y trouvait ainsi que les passagers d'un taxi dont ils s'emparent, puis tuent un enfant se trouvant à bord d'un véhicule roulant sur cette route. Au total 38 civils sont tués dont 13 enfants et 71 personnes sont blessées. Deux terroristes dont une femme sont capturés les neuf autres sont tués. 
20 mai 1978, trois terroristes du FPLP lancent des grenades dans le terminal de l’aéroport d'Orly sur des passagers d'un vol El AL, deux passagers sont tués, les terroristes sont tués lors d'une fusillade avec la police française. 
20 aout 1978, un minibus transportant un équipage d'El Al est attaqué dans le centre de Londres par trois terroristes du FPLP, une hôtesse est tuée, l'un des deux terroristes est tué l'autre capturé. 
19 novembre 1978, jour du premier anniversaire de la visite d'Anouar el-Sadate en Israël quatre personnes sont tuées lors d'une attaque d'un autobus en Cisjordanie revendiquée par le Fatah et le FDPLP. 
22 avril 1979, quatre terroristes du Front de libération de la Palestine venant du Liban à bord de canots pneumatiques dirigés par Samir Kuntar débarquent dans la nuit prés de la ville de Nahariya non loin de la frontière libanaise, tuent un policier israélien puis tentent de s'introduire dans un appartement, l'un deux est tué par le locataire, ils pénètrent ensuite dans un autre, prennent un père et sa fille de quatre ans en otage, la mère réussi à se cacher avec son bébé de deux ans qui meurt étouffé alors qu'elle essayait de couvrir ses pleurs. Kuntar et les deux autres terroristes amènent leurs otages sur la plage avec pour objectif de les amener avec eux au Liban, un échange de tirs a lieu avec des soldats israéliens, le canot est criblé de balles, Kuntar abat le père à bout portant devant sa fille, puis il fracasse le crane de l'enfant avec une roche. L'un des terroristes est tué, Kuntar et l'autre capturés. 
13 novembre 1979, attentat contre l'ambassadeur d'Israël à Lisbonne, Ephraim Eldar. Celui-ci fut blessé.  Un gardien de l'ambassade perdit la vie.  Un agent de police portugais, le chauffeur de l'ambassadeur et une passante furent blessés.
7 avril 1980, cinq terroristes du groupe FLA de l'OLP en provenance du Liban attaquent une crèche du kibboutz Misgav Am dans le nord d’Israël et prennent les enfants et une puéricultrice en otage, un bébé et la puéricultrice sont tués avant l'assaut de l’armée israélienne durant lequel les cinq terroristes sont tués. 
2 mai 1980, 6 Juifs sont tués par des terroristes de l'OLP alors qu'ils sortaient d'un service religieux au Caveau des Patriarches à Hébron. 
27 juillet 1980, un terroriste palestinien du Front populaire de libération de la Palestine lance une grenade sur un bus transportant des écoliers juifs en vacances à Anvers, un enfant est tué (David Kohane, 15 ans). 
3 octobre 1980, un terroriste palestinien du Front populaire de libération de la Palestine, dépose une bombe dans la sacoche d'une moto à proximité de la synagogue de la rue Copernic à Paris. L'explosion tue 4 personnes et fait 40 blessés. 
5 octobre 1980, une bombe explose dans un bureau de poste à Givataim prés de Tel Aviv, tuant 3 personnes et faisant 7 blessés. L'attentat est revendiqué par l'OLP. 
20 octobre 1981, un camion piégé explose devant une synagogue d'Anvers, 3 personnes sont tuées, 106 autres blessées, le terroriste responsable de l'attentat est le même que celui de la rue Copernic. 
29 aout 1981, 2 terroristes palestiniens ouvrent le feu et lancent des grenades lors de la sortie de fidèles d'une synagogue à Vienne ayant assisté à une Bar Mitzvah. Deux personnes sont tuées et 30 autres blessées.

jeudi 19 avril 2018

Bernard Langlois, co-fondateur du magazine Politis et les clichés antisémites


Source: The Times of Israel


L'affaire n'a pas fait grand bruit. Sur Twitter, un ex-journaliste de renom assimile Emmanuel Macron, la banque Rothschild et Israël pour expliquer les frappes françaises en Syrie
«Avez-vous jamais pensé qu’un ex-banquier de chez Rothschild puisse être en désaccord avec Washington et Tel-Aviv?»
Le tweet, posté au lendemain des frappes anglo-américano-françaises en Syrie du 13 avril est signé Bernard Langlois, 72 ans.

Bernard Langlois est un journaliste au long cours: il commence sa carrière en 1963 puis passe de l’ORTF, au Matin de Paris, devient présentateur du JT sur Antenne 2, etc…

En 1988, il co-fonde la revue anti-libérale Politis, sur le site de laquelle il écrit des chroniques jusqu’à l’automne 2016. Un de ses dernières billets tentait alors d’expliquer comment le candidat d’alors Emmanuel Macron, roulait sans doute pour la réélection de François Hollande.

Bernard Langlois connaît le sens des mots, et leur impact. Le cocktail Rothschild-finance internationale, l’alignement supposé de la France sur la position des Etats-Unis et d’Israël du fait que Macron a travaillé pour la banque Rothshild peut dire plusieurs choses: une critique boiteuse du monde libéral reprenant les poncifs de la propagande antisémite, une provocation destinée à faire du bruit autour de cet ancien journaliste, ou l’expression simple d’un tropisme anti-juif.  (...)
«Qu’y a-t-il de choquant à dire que la finance internationale a partie liée avec la politique étasunienne, elle-même soutien sans faille de l’État d’Israël? écrit-il dans un nouveau message au simplisme géopolitique déroutant. Si Dieudonné dit la même chose, il a raison».

Lire l'article complet @ Times of Israel

mercredi 18 avril 2018

Françoise Giroud: "Cette Shoah qui ne passe pas" (2002)


Françoise Giroud (1916-2003), journaliste, écrivaine et femme politique française:
"Je crois que l'ensemble des peuples chrétiens n'a jamais avalé la Shoah. Que sa révélation, relativement tardive, son ampleur, sa méticulosité hallucinantes et avant tout le caractère d'anéantissement systématique et gratuit d'un peuple entier ont causé un choc beaucoup plus profond qu'on ne le croît. Non par sympathie particulière pour les victimes mais parce que "la solution finale" a obligé le plus étourdi à découvrir que l'homme était peut-être intrinsèquement mauvais, et Dieu intrinsèquement distrait.

L'humanité a connu d'autres exterminations, certes, mais non comparables. On a exterminé des ennemis, des adversaires, des guerriers, les occupants d'un territoire à conquérir. Les Français, pour ne parler que d'eux, ont exterminé les protestants, torturé les Algériens; les Américains ont massacré les Indiens; les Soviétiques ont massacré tous azimuts; la liste n'est pas limitative. Mais jamais l'homme n'avait exterminé méthodiquement d'autres hommes sans raison, par caprice en quelque sorte - et par millions.

Je crois que cette révélation du mal vivant au coeur d'hommes européens élevés depuis plusieurs générations dans la foi chrétienne et se dévergondant sans entrave a été intolérable, insupportable, suffocante. C'est à mes yeux la raison pour laquelle ceux qu'on appelle les négationnistes nient contre toute évidence la réalité de la Shoah. En bonne logique, dans la mesure où ils se déclarent ouvertement ennemis déclarés des juifs, ils auraient dû se féliciter d'en voir disparaître autant d'un seul coup et mettre cet acte d'hygiène à l'actif du national-socialisme. Mais ceux qui nient ne supportent pas mieux que d'autres que cela ait été.

Et bien que les années passent, chacun porte avec ennui, avec irritation parfois, sa petite part de culpabilité dans la plus remarquable extermination de l'histoire parce qu'elle était sans objet. Parce que ce n'est pas le ixième malheur des juifs qu'elle a révélé mais ce dont l'homme contemporain policé, cultivé, éduqué, est capable, donc nous-mêmes. "Chaque fois qu'on a tué un juif pendant la guerre, a pu dire un moraliste, c'est Jésus que nous avons tué, le premier d'entre eux"."

Un extrait de l'article de Françoise Giroud (paru dans Le Monde du 13 juin 2002) a été repris par l'hebdomadaire belge Pan dans un article intitulé Israël et nous, cette Shoah qui ne passe pas (13 avril 2018).

Berlin: Un adolescent juif portant la kippa agressé et insulté "Yahudi" (video)


The Times of Israel:
A kippah-wearing Jewish teenager was reportedly hospitalized in recent days after being assaulted in Berlin by a Muslim man in an apparent anti-Semitic attack.

A video of the incident, which was posted to Facebook and shared by a Jewish advocacy group, shows an apparently Muslim attacker whipping the teen with his belt while calling out, “Yahudi,” or “Jew” in Arabic, before he is stopped by a passerby.

The incident took place at the Helmholtzplatz, a public park in the Prenzlauer Berg part of Berlin. 

lire l'article complet ainsi que l'interview de la victime, Adam Armush.



mardi 17 avril 2018

Certains imams belges sont subventionnés afin de rappeler chaque vendredi que les Juifs sont des singes


Sophie Flamand @ Causeur:
Les formations belges voudraient interdire le parti "Islam" mais multiplient les concessions à l'islam 
En Belgique, le parti Islam, déjà fort de deux élus, propose à présent des candidats, en vue des élections communales de cette année, dans diverses municipalités fortement islamisées. Le programme est d’une simplicité confondante: remplacer l’ensemble des codes civil et pénal par la charia. Point.

Bien sûr, les réactions outrées des partis traditionnels, guère désireux de se faire piquer les voix des «nouveaux belges» qui ont souvent assuré leur survie, ne se sont pas fait attendre. De nombreux ténors, issus de toutes les formations politiques qui égayent la vie pluvieuse outre-Quiévrain, exigent son interdiction pure et simple. Interdire un parti politique? On se demande à quel titre un parti politique pourrait exiger l’interdiction de l’un de ses concurrents…

Le Parti socialiste pense avoir trouvé l’astuce en demandant l’interdiction des partis «liberticides». C’est assez amusant quand l’on sait que c’est justement le PS qui a proposé le plus de lois restreignant la liberté de choix, de parole, etc. Et qu’interdire à un parti de se présenter au suffrage de ses concitoyens, c’est en soi des plus « liberticides ». (...)

Mais peut-on interdire une religion? La Belgique, contrairement à la France, n’est pas un pays laïque, elle reconnaît et finance les cultes, y compris le culte musulman depuis juillet 1974. C’est à cette date que ceux qui se scandalisent aujourd’hui de l’émergence de ce parti reconnurent l’islam comme «religion» et décidèrent de l’enseigner dans les écoles. Mieux encore, depuis 2003, certains imams sont subventionnés afin de prêcher la charia et de rappeler chaque vendredi que les Juifs sont des singes, que les homosexuels doivent être mis à mort et que les femmes sont impures.
Lire l'article complet @ Causeur

Le blog de Sophie Flamand: Lettre d'humeur

lundi 16 avril 2018

Le Quatuor Notos proteste contre l'antisémitisme et la trivialisation de la Shoah

C'est devenu tellement rare qu'il convient de saluer le courage de ces jeunes musiciens allemands.

Pour les quatre musiciens du Quatuor Notos le prix Echo Klassik est devenu "un symbole de honte". Ils renoncent au prix qu'ils ont reçu en octobre 2017 en tant que Jeunes Artistes de l'Année. Ils entendent protester contre l'attribution du prix aux rappeurs Kollegah et Farid Bang.

Jusqu'à récemment, l'Echo Klassik était "le prix de musique le plus prestigieux et le plus important en Allemagne", écrit le Quatuor Notos sur sa page Facebook. Les membres se disent choqués du fait que le jury tolère et offre une plateforme à l'idéologie antisémite et aux moqueries des victimes de la Shoah. (Source: Berliner Morgenpost)


La Tribune Juive:

Kollegah et Farid Bang, célèbres rappeurs allemands ont reçu un prix jeudi soir mais sont au coeur d’une polémique pour propos antisémites.

La polémique enflait samedi en Allemagne autour de deux rappeurs accusés de « provocations antisémites » après des textes controversés sur l’Holocauste dans un album pourtant récompensé cette semaine par un prix musical.

Les rappeurs Kollegah et Farid Bang, figures de la scène rap allemande, ont reçu jeudi soir le prix Echo du meilleur artiste hip hop après avoir vendu en Allemagne plus de 200.000 exemplaires de leur dernier album. La cérémonie s’est tenue le 12 avril, date qui coïncide avec la célébration de la journée de la Shoah en hommage aux six millions de victimes juives​ du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.
Lire la suite