lundi 15 janvier 2018

Viktor Orbán: "Les Juifs peuvent se promener à Budapest en portant la kippa sans être importunés. Où est-ce encore possible ailleurs en Europe?"

Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie:
"En Hongrie, nous appliquons une politique de tolérance zéro en matière d’anti-sémitisme. L’an dernier, pour la première fois depuis des décennies, un Premier ministre israélien est venu en visite officielle en Hongrie. Les critiques à l’encontre du gouvernement hongrois sont totalement infondées. Les Juifs peuvent se promener pendant des heures à Budapest en portant la kippa sans être importunés. Où est-ce encore possible ailleurs en Europe?"
Le Soir

Netanyahu et Orban réfutent les critiques d'antisémitisme visant la Hongrie

samedi 13 janvier 2018

Israël, "ce petit pays de merde", selon l'ambassadeur de France à Londres (2001)

Le Président Trump aurait qualifié certains pays de "pays de merde", provoquant un tollé généralisé et suscitant des accusations de racisme (Le Soir titre aujourd'hui "Un raciste à la Maison Blanche"). Or en 2001, l'ambassadeur de France à Londres aurait confié à Conrad Black, dont l'épouse est juive, qu'Israel est un "petit pays de merde".  La "gaffe" a tout simplement fait rire et ricaner...  (Merci à R.R. qui a attiré notre attention sur cet article du Guardian.)

Libération rapportait l'affaire en 2001:
"«Une gaffe diplomatique met en émoi les salons conservateurs.» C'est du moins ce qu'affirme le quotidien The Times qui montre du doigt le gaffeur: Daniel Bernard, ambassadeur de France à Londres. Décrit comme «les yeux et les oreilles du président Chirac en Grande-Bretagne», Bernard aurait eu la mauvaise idée de se confier à son ami et hôte, lord Black of Crossharbour, lors d'une soirée qui réunissait le gratin médiatique et politique du Londres conservateur. Il lui aurait assuré que la crise internationale actuelle avait été déclenchée par Israël, «ce petit pays de merde». Mais voilà, lord Black est non seulement propriétaire du Daily Telegraph, mais son épouse, l'écrivain Barbara Amiel, tient une rubrique dans le journal. Sans révéler l'identité de Bernard, elle a parlé de «l'ambassadeur d'un grand pays de l'Union européenne». Les représentants de la communauté juive de Grande-Bretagne semblent avoir lu entre les lignes et se sont plaints officiellement des propos de l'ambassadeur. Bernard assure ne pas s'en souvenir et le Quai d'Orsay a qualifié l'attribution de cette phrase à l'ambassadeur de France d'insinuations malveillantes."

vendredi 12 janvier 2018

Frédéric Encel: Plus des deux tiers des citoyens américains approuvent la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël

Frédéric Encel, docteur en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, a reçu le Grand Prix 2015 de la Société de Géographie:
"Côté américain, dire que Trump n'en fait qu'à sa tête et que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël était une promesse de campagne ne suffit pas; d'une part il a déjà trahi d'autres promesses (l'alliance avec la Russie notamment), d'autre part son tempérament impulsif et imprévisible répond quand même à une certaine rationalité. Trump sait parfaitement le poids grandissant des sympathisants des églises évangéliques - plus de 75 millions d'Américains, pour ne mentionner que les États-Unis - et la ferveur messianique et pro israélienne de nombre d'entre eux. Il a donc pu vouloir élargir et fidéliser cette part de l'électorat qui ne lui était pas toujours acquise. Lui-même ne s'est manifesté comme ami d'Israël que très récemment. Or la décision présidentielle a été approuvée par plus des deux tiers des citoyens américains, sachant que les juifs parmi eux ne constituent que 1,8% de la population... Par ailleurs, à l'extérieur, Trump a certes été critiqué par la plupart des chancelleries, mais au final assez mollement (y compris dans le monde arabe), et sans qu'un seul État ne fasse de menaces."
Source: Figaro Vox

jeudi 11 janvier 2018

Chantal Delsol: Le judéo-christianisme a structuré l'Occident

"La volonté des gouvernants et des médias est constante de tenter de mettre le judéo-christianisme et l'islam sur un pied d'égalité, afin de diluer dans un grand chaudron étiqueté «religion» les comportements parfois si archaïques et inacceptables de l'islam. Certains de nos gouvernants sont tentés d'éradiquer tout signe religieux d'où qu'il vienne, afin de ne pas faire preuve de «discrimination» envers l'islam - idée simplissime, et contre-productive dans sa pathétique sottise. (...)

La laïcité est à l'origine (sous forme de sécularisation), notre invention et notre produit celui des peuples grecs et judéo-chrétiens. (...) Aussi l'importance, et l'obligation, de respecter la laïcité, ne signifie pas du tout la même chose en France pour les judéo-chrétiens et les musulmans. (...)
Toute grande croyance établie sur le long terme laisse des mythes à ses bords, comme la vague de la mer laisse l'écume. En Occident, les mythes, histoires ni vraies ni fausses mais signifiantes et édifiantes, proviennent du judéo-christianisme, ce qui est normal puisque c'est cette religion qui nous a structurés.  S'il y a aujourd'hui un islam de France, puisque 10% des Français sont musulmans (selon les chiffres d'Hakim El Karoui), pour autant nous ne sommes pas habités par les croyances/mythes des razzias de Mahomet ni la vision des femmes de Mahomet. Nous sommes structurés par l'histoire d'Abraham et d'Isaac ou par l'histoire des saints chrétiens."
Source: Figaro Vox

mercredi 10 janvier 2018

Ten Ways That Israel Is Treated Differently

David Harrys @ Algemeiner:
(...) Yet here are ten ways that Israel is constantly treated differently from all other countries on earth. 
First, Israel is the only state whose capital city, Jerusalem — with which the Jewish people have been umbilically linked for more than 3,000 years — is not recognized by almost all other countries.

Imagine the absurdity of this. Foreign diplomats live in Tel Aviv, while conducting virtually all of their business in Jerusalem, where the prime minister’s office, the Knesset, the Supreme Court, and the Ministry of Foreign Affairs are located.

In fact, look at the listings of world cities, including places of birth in passports, and you’ll see something striking — Paris, France; Tokyo, Japan; Pretoria, South Africa; Lima, Peru; and Jerusalem, sans country — orphaned, if you will.

Second, Israel is the only UN member state whose very right to exist is under constant challenge. 
Notwithstanding the fact that Israel embodies an age-old connection with the Jewish people, as repeatedly cited in the most widely read book in the world, the Bible; that it was reborn based on the 1947 recommendation of the UN; and that it has been a member of the world body since 1949, there’s a relentless chorus denying Israel’s very political legitimacy.

No one would dare question the right of many other countries to exist, whose basis for statehood is infinitely more questionable than Israel’s — such as those countries that were created by brute force, occupation or distant mapmakers.

Just look around at how many nations fit those categories — including, by the way, quite a few Arab countries. Why, then, is it open hunting season only on Israel? Could it possibly have anything to do with the fact that it’s the only Jewish-majority country in the world?

Third, Israel is the only UN member state that’s been targeted for annihilation by another UN member state.

mardi 9 janvier 2018

Si l'Allemagne avait le même taux de croissance de sa population que Gaza (9 enfants par femme), elle compterait 550 millions d'habitants

Gunnar Heinsohn est directeur du Raphael-Lemkin-Institut de l'université de Brême (premier institut européen consacré à l'étude comparative des génocides). 
"Selon le calcul de Heinsohn, la violence est presque inévitable quand les 15 à 30 ans composent jusqu'à 30% de la population masculine - comme c'est le cas dans la quasi-totalité du monde musulman.  Il y a actuellement 67 pays connaissant un tel surplus de jeunes, et 60 d'entre eux sont la proie d'une forme de guerre civile ou de tuerie de masse.  La théorie d'Heinsohn ne s'applique pas à la jeunesse musulmane d'Europe, nécessairement, mais elle décrit beaucoup de mouvements à travers le monde avec lesquels certains musulmans européens sympathisent.

Heinsohn remarquait que si l'Allemagne, depuis les années 1960, avait eu le même taux de croissance de sa population que Gaza (9 enfants par femme), elle compterait maintenant 550 millions d'habitants, dont 80 millions de jeunes hommes âgés de 15 à 30 ans."
Source: Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux, Comment l'Islam va transformer la France et l'Europe, Editions du Toucan, 2011, pp. 368-369.

Lire également @ Le Monde: Gaza, les raisons de la violence, par Gunnar Heinsohn

lundi 8 janvier 2018

New York Times: Les pays arabes, en privé, sont d'accord avec "l'occupation" israélienne

Les experts et responsables politiques en Europe sont au courant, pourtant ils ont pleinement joué la carte pro-arabe et  anti-israélienne et occulté cette réalité...

David D. Kirkpatrick @ The New York Times:

Traduction (Google):
"Pendant des décennies, de puissants Etats arabes comme l'Egypte et l'Arabie Saoudite ont publiquement critiqué le traitement réservé par Israël aux Palestiniens, tout en acquiesçant en privé à l'occupation par Israël de territoires que les Palestiniens revendiquent comme leur patrie." 
Original en anglais:
"For decades, powerful Arab states like Egypt and Saudi Arabia have publicly criticized Israel’s treatment of the Palestinians, while privately acquiescing to Israel’s continued occupation of territory the Palestinians claim as their homeland."